Le centre aquatique intercommunal du Pays de Craon, baptisé l’Odyssée a ouvert ses portes depuis mi-janvier 2019. C’est notamment l’un des premiers en France à utiliser un système de filtration à perlite.

Jusqu’à présent, la Communauté de Communes du Pays de Craon était propriétaire d’une piscine construite en 1975, dans le cadre du programme 1 000 piscines. Elle était composée d’un bassin intérieur de 25 x 10 m avec 4 lignes de nage et d’un bassin extérieur de 25 m qui n’était plus utilisé depuis 2008 pour des raisons techniques. Compte tenu de l’évolution des besoins, les élus se sont interrogés sur l’opportunité d’un nouvel équipement. L’emplacement de la piscine étant idéal, situé à proximité de plusieurs autres équipements sportifs et du collège de Craon (70 % des scolaires sont accueillis sur la ville-centre), il a été décidé de ne pas construire un nouvel équipement sur un autre site. “L’objectif était d’effectuer une rénovation complète de la piscine (seules la structure de la charpente, la toiture du bassin couvert et les deux cuves des bassins ont été gardées), tout en l’agrandissant afin de créer une nouvelle dynamique et proposer aux 29 500 habitants (37 communes) un équipement polyvalent pour répondre aux attentes actuelles, et ce pour tous les âges. De plus, ces travaux devaient permettre d’améliorer le confort thermique ainsi que le traitement de l’eau. En effet, avec l’ancienne piscine, nous consommions 100 à 150 l/baigneur/jour afin d’obtenir un taux de chloramines respectant la norme !” précise François-Régis L’Huriec, directeur du centre aquatique.

Un équipement familial avec trois bassins, une pataugeoire, un pentagliss et un toboggan
A l’intérieur, le bassin sportif existant (25 m de longueur avec 4 couloirs) a été entièrement rénové : réalisé en résine, il dispose d’une finition en carrelage sur toute la hauteur des murs longitudinaux. En complément, un bassin ludique (159 m2) aux multiples usages permet la mixité intergénérationnelle. Il est notamment composé de jets massants, de banquettes bouillonnantes, de cols de cygne… De plus, ce bassin est équipé d’une rampe d’accès PMR (50 000 euros d’investissement), utilisée par les personnes en situation de handicap, mais aussi les personnes âgées. De plus, le bassin est fréquenté par les enfants pour un passage en douceur entre la pataugeoire et le grand bassin. La partie intérieure comprend également un toboggan de 61 m de long (7 m de dénivelé), une pataugeoire de 28 m2 et des vestiaires : 6 vestiaires collectifs, une vingtaine de cabines individuelles et environ 260 casiers électroniques à code. Enfin, l’Odyssée propose désormais un espace bien-être, avec un jacuzzi, un hammam, une douche, un dispositif d’eau froide, un solarium intérieur et, en été, un solarium extérieur, avec une partie en dur (béton désactivé) et une autre végétalisée. De plus, grâce à la mise en place de partenariats, des professionnels de la santé et du bien-être pourront venir en complément proposer des soins adaptés (massages, soins esthétiques, réflexologie…).
A l’extérieur, les usagers ont accès à un bassin sportif de 25 m (6 couloirs), ouvert uniquement en période estivale, qui accueillera notamment certaines activités estivales. Il est complété par un pentagliss de 28 m de long (4 couloirs), une aire de jeux aquatiques de 163 m2 (une dizaine de jeux) et des espaces engazonnés d’environ 850 m2.

Plus de 40 cours hebdomadaires entre la natation et les activités
L’Odyssée propose une vingtaine de cours de natation par semaine, à la fois pour les enfants, les adolescents, les adultes et les seniors (165 euros les 30 séances). En termes d’activités, il y a également 21 séances hebdomadaires : de l’aquagym (trois niveaux d’intensité : faible, variée et forte), de l’aquabike (25 vélos), de l’aqua-training (8 trampolines et divers autres petits équipements) ainsi que de l’aquagym pré ou post natal. Le coût est de 117,50 euros le semestre (15 séances) ou 225 euros à l’année (30 séances) pour l’aquagym et 137,50 euros ou 255 euros pour les autres activités.

Une équipe de 15 personnes
François-Régis L’Huriec dirige une équipe de 14 personnes (9 ETP) :
6 maîtres-nageurs-sauveteurs (dont un responsable sportif), et 5 personnes (dont une responsable administrative) pour l’accueil et l’entretien. En plus de ce personnel permanent, des renforts BNSSA (13h par week-end, 4 temps complets sur l’été) et des renforts estivaux (2 temps complets accueil/entretien sur l’été) viennent renforcer l’effectif ponctuellement. Seule la gestion de la partie technique est externalisée à l’entreprise Engie Cofely durant un an. Lorsque l’établissement aura trouvé “son rythme de croisière”, la collectivité devrait combler un reste à charge inférieur à 500 000 euros dont environ 75 000 euros de transport scolaire. En effet, les élus ont fait le choix que le centre aquatique se charge du transport des 80 classes de primaires accueillies chaque année et participe à celui du transport des collégiens en complément du dispositif départemental de prise en charge fléché sur les 6e uniquement. En effet, la Mayenne est un territoire très rural ou les établissements scolaires se retrouvent vite éloignés des sites sportifs, culturels… Le budget transport prend ainsi des proportions souvent importantes ou réduit les possibilités d’actions des collèges. Nous accueillons également des 5e et des Maisons Familiales Rurales. Au total, environ 27 000 scolaires devraient fréquenter l’établissement et près de 90 000 personnes “grand public”.

Traitement d’eau : une filtration sur perlite
Pour la première fois dans un établissement fonctionnant toute l’année, l’eau des bassins sera traitée avec une filtration à perlite, système fourni par la société Evoqua. Procédé très utilisé notamment en Allemagne, en Angleterre ou encore aux Etats-Unis, il utilise donc la perlite : une roche volcanique concassée qui est réduite en poussière. Grâce à un dispositif de transport sous vide, la perlite est acheminée directement de son conditionnement dans le filtre, sans qu’il y ait de dégagement de poussière. La répartition sur les surfaces capillaires s’effectue automatiquement, facilitant ainsi le fonctionnement de l’installation. “Comparé aux filtres à sable traditionnels, cette solution permet d’économiser jusqu’à 90 % de besoin en eau (environ 2 000 m3/an, soit 20 % de notre consommation annuelle), 75 % de place (le volume du plus gros filtre étant de 1 m de diamètre) et 30 % de produits (notamment de médias filtrants puisque la perlite est à remplacer toutes les 4 à 6 semaines)” argumente le directeur.Par ailleurs, l’Odyssée dispose de 4 centrales de traitement d’air : 2 pour la halle bassins affichant un débit de 30 000 m3/h, 1 pour les vestiaires (8 000 m3/h) et 1 pour l’espace bien-être (2 800 m3/h).

Une chaufferie au bois
Concernant le chauffage, les élus ont opté pour une chaufferie au bois d’une puissance de 300 kW assurant les besoins annuels planchers du centre aquatique. Elle est complétée par une chaudière à gaz de 580 kW lors de certaines périodes (hiver et pour chauffer le bassin extérieur l’été), soit 20 % des besoins. Comparativement à une seule chaudière à gaz, l’économie pour la piscine est estimée à 450 000 euros sur 30 ans. Cette solution évite aussi de rejeter 231 tonnes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère par an. Enfin, elle permet de faire travailler des producteurs locaux avec un volume à livrer estimé entre 1 200 et 1 300 m3/an. Avec ce nouvel équipement la communauté de communes du Pays de Craon souhaite notamment développer l’attractivité de son territoire, en encourageant l’installation de nouvelles familles.

Filtration sur perlite : la Piscine du Pays de Craon est l’une des premières à l’adopter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *