Le projet de construction de la piscine Champaret à Bourgoin-Jallieu est conduit par la Communauté d’Agglomération Porte de l’Isère. L’objectif de cette dernière était de construire un bâtiment exemplaire sur le plan de la qualité environnementale.

 

La Communauté d’Agglomération Portes de l’Isère (CAPI), 105 000 habitants, répartis dans 22 communes, s’était engagée à construire un équipement aquatique dans le quartier de Champaret à Bourgoin-Jallieu. Les principaux objectifs : mieux desservir la partie est du territoire, rendre l’offre plus accessible pour une plus grande partie des habitants de l’agglomération et remplacer l’actuel site de Champ-Fleuri particulièrement vétuste.

Un équipement performant au niveau énergétique
La Capi a reçu l’attestation de certification environnementale NF-HQE piscine par l’organisme Certivéa, associée au label Bepos-Effinergie 2013. L’objectif est de réduire d’un tiers les consommations par rapport au projet de référence. Pour parvenir à ce résultat, différentes solutions ont été validées.

Tout d’abord, le bassin intérieur sera équipé d’une couverture thermique, mise en place sur toutes les plages d’inoccupation de la piscine. Ce dispositif permettra de limiter l’évaporation d’eau en inoccupation (- 60 %), et génèrera à lui seul une économie de 30 % sur les besoins de chaleur du projet. De plus, le bassin sera isolé sur ses faces latérales au droit des galeries techniques, disposition permettant une réduction de 13 % du total des consommations de chaleur. Le traitement de l’air de la halle bassin sera effectué par une centrale de traitement d’air double flux possédant un rendement de récupération d’environ 75 % à débit nominal. La déshumidification de l’air se fera via un système de déshumidification thermodynamique qui permettra de déshumidifier l’air recyclé. Ensuite, la ventilation sera réalisée par modulation d’air neuf, avec des débits réduits de 60 % en inoccupation, et par ventilation naturelle en mi-saison.

Par ailleurs, le bâtiment sera raccordé au réseau de chaleur de l’agglomération, alimenté à 80 % en énergie renouvelable, et intègrera une installation photovoltaïque de 750 m2, couvrant plus d’un tiers de ses consommations électriques.

Enfin, au-delà des dispositions constructives retenues sur le projet, il faut souligner que la programmation de l’équipement a une grosse influence sur la maîtrise de la performance énergétique. Ainsi, la piscine Champaret ne disposera que d’un seul bassin sportif de 25 m, utilisé à son maximum. Les consommations des piscines étant globalement indexées sur les surfaces de bassin, il faut avoir en tête que les espaces aqualudiques et balnéo sont très énergivores au regard de leur usage. De plus, la conception du parking permettra la préservation des arbres remarquables déjà présents, et la maîtrise de l’imperméabilisation du site.

Une construction sur pilotis avec une forme de sérac
L’agence d’architecte Atelier Po&Po, en charge du projet, a proposé au maître d’ouvrage un équipement neuf qui s’affranchit des problématiques liées au Plan de Prévention du Risque d’Inondation (PPRI) grâce à une construction sur pilotis au-dessus de la hauteur de référence : 0,60 m sur la zone d’implantation. L’objectif du maître d’œuvre était également de minimiser l’impact au sol et elle a fait le choix d’une forme particulière comme le précise Bruno Palisson, co-gérant d’Atelier Po&Po : “l’écriture architecturale tel un sérac détaché de son glacier venu se poser mais en suspension sur son socle (à l’instar d’une sculpture) hors d’eau, joue avec les pentes douces végétalisées inondables. Ce sérac s’insère au quartier comme une évidence, il structure et signale naturellement cette nouvelle piscine comme doit l’être tout équipement au service de sa ville et de son intercommunalité”.

Les particularités architecturales
Afin de parfaire l’intégration urbaine et de singulariser le hall d’accès, Atelier po&Po a dessiné une toiture qui se déroule et relie les différents volumes et leurs hauteurs notamment de la halle bassins avec celui des locaux administratifs et du hall d’accueil afin d’avoir un bâtiment homogène et unitaire.

Les façades seront construites à partir de matériaux favorisant le confort et la pérennité. En opposition aux fonctions dédiées à l’eau, les bâtiments techniques seront essentiellement opaques. L’agence d’architecte a opté pour des voiles béton revêtus de bardage pour les locaux publics ou d’un enduit pour les locaux technique qui peut évoluer.

“La couverture est envisagée comme “un outil de confort” :
les verrières le long des poutres principales filtreront la lumière et orienteront l’espace en faisant vibrer la halle des bassins au rythme des lumières et des saisons. La forme variable de cette couverture plissée sera également destinée à améliorer le confort acoustique de l’espace des bassins. Cette toiture modelée sera absorbante et limitera les réverbérations directes en garantissant une grande qualité de confort acoustique. Nous avons considéré cette toiture comme l’addition de grands volumes abrités qui marquent des espaces et permetteront d’introduire de manière adaptée un éclairage naturel pour le bassin de natation afin d’avoir une lumière homogène”
argumente Bruno Palisson.

Le fonctionnement du bâtiment
Le hall d’accueil jouera un rôle classique de transition entre le parvis et l’établissement, tout en offrant la possibilité d’apprécier l’ambiance de la halle bassin grâce à une large baie vitrée. De plus, il a été décidé d’équiper ce hall d’accueil d’un sas thermique performant afin de réduire les pertes dues à l’ouverture des portes ainsi que des risques d’inconfort liés pour le personnel de l’accueil.

Les vestiaires, d’une surface totale de 450 m2, seront équipés d’un espace déchaussage/beauté, de vestiaires individuels et collectifs, chacun à double entrées et constitués de quatre entités.

Située au sud-ouest du bâtiment, la halle bassin possèdera de larges ouvertures au sud afin de maximiser les apports solaires “gratuits”. Deux ouvertures complémentaires seront présentes sur la façade ouest mais leur taille sera réduite afin de ne pas créer des problématiques d’éblouissement dans la halle. Enfin, des sheds horizontaux orientés nord seront situés en toiture afin de permettre un éclairage naturel important et donc de réduire les consommations d’électricité liées à l’éclairage. De plus, des ouvrants sont prévus pour ventiler naturellement la halle bassin en période estivale. Cela permettra notamment de déshumidifier l’air de manière passive. Cette halle bassin comprendra le bassin sportif de 25 x 21 m avec 8 couloirs de nage. Un fond mobile sera également installé pour optimiser les pratiques sportives. De plus, l’espace sera doté de gradins d’une capacité de 150 places.

Par ailleurs, les locaux du personnel seront accessibles depuis le parking et la cour de service et en relation direct avec la halle du bassin sportif. Ils permetteront une grande flexibilité d’accès pour le personnel de la piscine et aussi depuis la halle bassin aux maîtres-nageurs d’accéder avec aisance dans toutes les zones d’activités, mais aussi d’avoir une vue directe sur la halle bassin et sur les plages extérieures.

Enfin, Les locaux techniques, sur pilotis au-dessus des Plus Hautes Eaux Connues (PHEC), seront situés au nord directement accessible depuis la cour de service tout en procurant une grande facilité d’accès pour la maintenance des différents équipements techniques par le parking.

Cette construction ambitieuse du point de vue environnemental devrait être terminée entre fin 2021 et début 2022. Un projet qui pourrait donner des idées à d’autres collectivités.

Aspect environnemental : focus sur une piscine exemplaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *