La Ville de Valenciennes a lancé son projet de futur centre aquatique, sur l’ancienne friche Nungesser, pour remplacer la piscine des Glacis. D’un coût de 32 millions d’euros HT,  il devrait ouvrir ses portes à l’automne 2019.

Le 17 septembre 2014, un incendie accidentel dévastait la piscine des Glacis à Valenciennes, qui accueillait entre 250 000 et 300 000 personnes par an. Après trois ans d’attente, entrecoupée de la déconstruction de l’ancienne piscine (entre septembre 2016 et mars 2017), la première pierre du nouveau centre aquatique a été officiellement posée début janvier. “Le projet s’est imposé naturellement : notre volonté était, bien évidemment, de reconstruire un équipement aquatique puisque c’était le seul de la ville. Toutefois, nous avons tout de suite eu le souhait de se projeter sur un centre aquatique de dernière génération, pouvant répondre aux demandes actuelles des usagers. Ce type de structure demandant un espace foncier plus important, il a donc été décidé de trouver un autre lieu d’accueil. Nous avons choisi Nungesser, un quartier de 7 hectares en plein reconstruction, puisqu’il va également être complété avec un groupe scolaire, une salle de sport ou encore de nouveaux courts de tennis” argumente Laurent Degallaix, maire de Valenciennes.

C’est le groupement Nord France Constructions (groupe Fayat) qui s’est vu confier le marché global de performance énergétique. Côté architecture, c’est l’agence de Jacques Rougerie qui a été retenue.

 

Une structure sur deux étages

Au rez-de-chaussée, se trouveront l’accueil, les vestiaires, un restaurant, un grand espace avec les bassins et un solarium extérieur. La halle des bassins sera composée d’un bassin olympique de 50 m de long et 25 m de large, avec 10 couloirs et jusqu’à 3 m de profondeur. Il pourra accueillir des compétitions officielles et, au moyen d’un mur mobile, pourra être séparé en deux bassins, totalement modulables. Ce grand bassin sera aussi mobile en profondeur pour faciliter la pratique de disciplines telles que l’aquagym. A proximité du grand bassin, les gradins, modulables eux aussi, pourront accueillir jusqu’à 700 personnes. Pour les enfants, trois bassins ont été prévus : un bassin d’apprentissage de 60 à 130 cm de profondeur, un bassin ludique de 200 m² (de 60 à 120 cm de profondeur) avec jeux d’eaux et un toboggan de 20 m, ainsi qu’un espace petite enfance (de 0 à 20 cm de profondeur) pour les 0-4 ans.

Le premier étage, quant à lui, sera consacré au bien-être avec bassin balnéothérapie, sauna, hammam et jacuzzi, salle de fitness et salle de cardio-training avec une quarantaine de machines.

Par ailleurs, une fosse de plongée de 20 m de haut complétera l’ensemble : “il y avait une réelle demande de la part de nombreuses personnes qui devaient se déplacer jusqu’en Belgique étant donné que notre territoire de disposait d’aucune fosse. De plus, il a été décidé de la construire jusqu’à 20 m de profondeur afin de pouvoir faire passer les brevets de plongée. L’autre principale demande de la part du public était de disposer d’un bassin olympique avec 10 couloirs, une requête que nous avons également accepté” indique le maire de Valenciennes.

Enfin, le site disposera aussi d’un espace de restauration pouvant accueillir jusqu’à 65 personnes.

 

 

Les choix techniques

Côté technique, le centre aquatique sera équipé d’une désinfection des bassins à l’ozone. Cette technique devrait permettre de réduire par trois la consommation de chlore. “Elle permet de limiter la consommation d’eau et de diminuer l’odeur de chlore dans la piscine. Ce traitement limite la production de chloramines et donc le renouvellement d’eau. Le centre aquatique assure le renouvellement réglementaire soit 30 litres d’eau par baigneur et par jour tout en procurant une qualité d’eau irréprochable. En comparaison avec un traitement classique au chlore + filtre à sable, ce taux de renouvellement peut doubler voire tripler. Il est à noter que l’ozonation permet la désinfection de l’eau. La rémanence, comme demandé par la réglementation, est assurée par un traitement au chlore” précise l’élu.

Par ailleurs, le système de déshumidification de l’air est composé d’une centrale de traitement d’air (CTA) double flux pour le chauffage de l’air : elle permet de récupérer la chaleur de l’air extrait pour chauffer l’air neuf, associée à une CTA équipée d’une pompe à chaleur pour récupérer les calories sur l’air humide extrait permettant un préchauffage de l’eau des bassins. Ces systèmes permettent de limiter les coûts énergétiques de la piscine.

Concernant l’éclairage, l’équipement sera doté d’ampoules LED pilotées en fonction de la luminosité.

Le choix de faire appel à un délégataire

Début novembre 2017, la mairie de Valenciennes a validé le choix de la société Récréa pour gérer en délégation de service public le futur centre aquatique durant les quatre prochaines années. “Je pense qu’il faut être raisonnable, chacun son métier. Le choix de déléguer nous a semblé indispensable : la structure va ouvrir plus de 4 200 heures par an ce qui va demander beaucoup de personnel. De plus, les centres aquatiques demandent une véritable expertise avec des équipes d’astreinte afin d’être disponibles au moindre problème technique rencontré” justifie Laurent Degallaix.

Alors que le coût annuel de l’ancienne piscine était d’environ 700 000 euros TTC pour la Ville, le coût de la délégation sera désormais de 850 000 euros, pour une structure beaucoup plus grande pouvant accueillir plus de 400 000 visiteurs par an.

Débutés fin 2017, les travaux devraient se terminer entre octobre et novembre 2019.

Un projet structurant pour Valenciennes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *