Ouverte il y a 50 ans, la piscine de Saint-Germain-en-Laye (78), profite aujourd’hui d’une réhabilitation et d’une extension. Inauguré début mai, l’équipement comprend de nombreuses nouveautés, tant sur l’aspect technique qu’au niveau de l’offre.

La piscine de Saint-Germain-en-Laye, gérée par un Syndicat regroupant sept communes (Aigremont, Chambourcy, Le Pec, Le Vésinet, Mareil-Marly, Marly-le-Roi et Saint-Germain-en-Laye) et présidé par Arnaud Péricard, maire de Saint-Germain-en-Laye, est un équipement majeur du territoire (environ 102 000 habitants). Inaugurée le 28 décembre 1969, il est apparu nécessaire d’engager une rénovation totale de la piscine, autant pour l’accueil du public que des associations. “Conçu par l’architecte Louis Blanchet, le bâtiment est très spécifique et doté d’une histoire, avec en plus un site d’une superficie supérieure à 3 hectares. Ainsi, il a été décidé de ne pas raser la structure existante mais de la réhabiliter” précise Matthieu Saillard, directeur général des services du Syndicat Intercommunal.

La mise en place d’une structure provisoire
Si la première phase des travaux (création d’un bassin extérieur de 25 m et d’une aire de jeux d’eau) a débuté en novembre 2016, la piscine est restée ouverte jusqu’en août 2017. A partir de cette date, une structure provisoire sur ce bassin de 25 m a été mise à disposition pour accueillir de nombreux usagers : “Les sportifs de haut-niveau qui venaient s’entraîner dans le bassin de 50 m ont dû trouver une autre piscine, mais les scolaires ainsi que les clubs de plongée et de natation, tout comme les habitués de l’espace forme, ont pu continuer leurs activités. Cette structure modulaire était composée d’un bassin de 25 m, de jeux d’eau pour les enfants (conservés au sein du solarium actuel) et d’une salle de sport (accueillant les cours collectifs et des appareils de musculation et de cardio training). Les utilisateurs ont été pleinement satisfaits de profiter de cet équipement tout au long des travaux” soulignent les agents de la structure.

Trois bassins, un espace bien-être et un espace forme
Le Dôme Saint-Germain-en-Laye dispose de deux bassins intérieurs : un bassin de 50 m (8 lignes d’eau), avec un mur mobile permettant d’accueillir divers publics en simultané lors de certains créneaux horaires et un bassin de 20 m accueillant les différentes activités. Le troisième bassin de 25 m est situé à l’extérieur.

En outre, l’établissement comprend également un espace forme avec deux salles de fitness, une pour les cours collectifs (yoga, stretch, pilates, body pump…) et une pour le RPM, un plateau de musculation et un de cardio training, pour une surface totale supérieure à 400 m2. Par ailleurs, un espace bien-être complète l’offre : il est composé d’un hammam, d’un sauna, de trois douches hydromassantes et de bancs chauffants afin de détendre les muscles. “Enfin, de manière originale, nous proposons également des activités de plein air encadrées par les éducateurs de l’espace forme :
marche nordique, parcours de santé… Nous profiterons dès cet été d’un hectare d’espaces verts clôturés et de la forêt de Saint-Germain-en-Laye, qui se trouve à proximité du centre aquatique, pour agrémenter notre offre. D’ailleurs, ces cours ne sont pas uniquement réservés aux usagers du Dôme Saint-Germain-en-Laye, mais à tous les publics
” ajoute la responsable communication.

Plusieurs activités et des offres tarifaires attractives
L’établissement propose de nombreuses séances d’activités hebdomadaires : aquabodybike, aquacombat, aqua training, aquadynamic, aqua trampo et aqua gym… Les abonnements proposés aux usagers peuvent être choisis de manière individuelle mais aussi cumulée, afin de créer son offre personnalisée. Par exemple, le Dôme Saint-Germain-en-Laye propose un pass annuel double activités hebdomadaires (à choisir parmi les cours collectifs aquatiques, le fitness, les activités de musculation et de cardio ou encore les activités de plein air) à 180 euros (200 euros pour les non résidents du territoire). De même, l’établissement propose une réduction de 60 % sur tout cumul d’abonnement d’activités (la réduction s’effectuant sur le tarif le moins cher). “Par exemple, un usager souhaitant compléter son abonnement annuel musculation/cardio (380 euros) avec l’accès à la piscine, ne paiera que 92 euros pour cette seconde activité au lieu de 230 euros. S’il souhaite plutôt souscrire au hammam/sauna comme activité secondaire, il paiera 132 euros au lieu de 332 euros” argumente Catherine Scagni, directrice de l’établissement. Le site propose aussi un pass journée, à 21 euros la journée, avec un accès aux différents espaces aquatiques, forme et bien-être.

Les caractéristiques techniques
Le traitement d’air est géré grâce à neuf centrales, comme l’indique Denis Maquenhem, directeur technique du bureau d’études Soreib : “il y a deux centrales double flux, avec un débit d’air de 45 000 m3/h pour le hall bassins, et une centrale dédiée pour chacune des sept autres zones thermiques (vestiaires individuels, vestiaires collectifs, espace détente, salles de fitness…). Une batterie chaude a été installée uniquement sur celles gérant les zones à températures élevées, comme les vestiaires par exemple. Ce choix permet de réaliser des économies de puissance et de consommation, étant donné la très grande qualité des centrales en termes de récupération de chaleur”.

En outre, pour le traitement d’eau, le système de filtres à diatomées (5 pour le bassin de 50 m et 1 pour le bassin d’apprentissage) a été gardé, mais les pompes de filtrations (880 m3/h de débit pour le grand bassin et entre 150 et 200 m3/h pour le petit bassin) ont été remplacées et complétées avec des variateurs de puissances afin d’optimiser la puissance et les consommations, tout en respectant la réglementation. Enfin, concernant le chauffage, datant de 2010, les deux chaudières au gaz naturel de 1 540 et 1 280 kW ont été conservées. Sur l’une d’elle, un récupérateur à condensation (puissance de 1 430 kW) a été ajouté afin de récupérer de la chaleur (10 % de la puissance) pour préchauffer l’eau du bassin de 50 m.

Une nouvelle identité
En parallèle de cette réhabilitation, le Syndicat Intercommunal a souhaité créer une nouvelle identité et de nouveaux outils de communication. “Nous avons travaillé en collaboration avec l’agence Neway Partners, qui a notamment organisé divers ateliers avec les usagers : clubs, scolaires, grand public. Par la suite, plusieurs sélections de nom et de charte graphique ont été proposés et c’est le Dôme Saint-Germain-en-Laye qui a été retenu par les élus. De plus, toute une nouvelle signalétique a été mise en place : par exemple, de nombreux pictogrammes ont été créés afin de donner les consignes de manière ‘humoristique’ (ne pas photographier ou filmer sans autorisation, tout le monde n’a pas envie d’être une star des réseaux sociaux), et non sous forme d’interdictions comme c’est souvent le cas (il est interdit de courir,…). De même, nous avons également des affiches demandant ‘Dans quel bain irez-vous aujourd’hui ?’ On fait ainsi référence aux différentes possibilités qui s’offrent aux usagers : le grand bain, le petit bain, le bain d’exercices (espace forme), le bain de vapeur (espace bien-être) ou encore le bain de soleil. Enfin, un nouveau site internet a été construit, il donne notamment accès à une billetterie et une réservation des activités en ligne” indique Julia Houillon, responsable communication du Syndicat Intercommunal.

L’objectif de cette nouvelle piscine est d’accueillir plus de 450 000 personnes par an.

Le parti architectural
L’agence TNA a souhaité moderniser l’écriture architecturale d’origine, tout en gardant l’aspect général, comme l’indique l’architecte Thierry Nabères : “Réalisée lors de la période des mille piscines, la piscine olympique se démarque par la maturité de son architecture très épurée. Face à un tel enjeu, nous nous sommes positionnés dans une posture de “respect créatif”. En effet, notre envie a été de prolonger le geste initial, lui donner une nouvelle profondeur, en l’accompagnant d’un nouveau souffle de modernité.
C’est dans cette optique que nous avons choisi de travailler essentiellement sur l’axe principal Nord-Sud de l’équipement, celui de la grande longueur, pour poursuivre et prolonger l’existant. Notre projet fait la part belle à la lumière que nous continuerons de diffuser largement en créant quelques nouvelles ouvertures en toiture, et un espace de remise en forme transparent
”.

Réussir la réhabilitation de sa piscine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *