L’éclairage subaquatique est complémentaire de l’éclairage artificiel à l’intérieur du bâtiment. Il permet de sécuriser les bassins et d’offrir des conditions optimales de pratique, avec la possibilité de multiplier les atmosphères.

Lumières pour vos bassins
L’éclairage led permet de réduire les consommations d’énergie, d’augmenter la puissance d’éclairage, de limiter les problèmes d’utilisation et de réduire la maintenance.

Toute installation d’éclairage subaquatique doit respecter la norme NF EN60598-2-18 concernant les règles spécifiques pour les piscines.

 

Trois fonctions importantes

La priorité de l’éclairage subaquatique est de favoriser la sécurité des bassins, comme l’indique Grégory Turpault, responsable de la société SportLocal.fr, spécialisée dans les études d’éclairage subaquatique : “l’aspect sécuritaire est indispensable pour tout gestionnaire d’équipements aquatiques. Un éclairage subaquatique efficace facilite la sécurité des usagers et rend plus confortable les missions du personnel de surveillance. A l’inverse, son absence ou un éclairage subaquatique mal dimensionné et trop peu puissant peut mettre en difficulté les surveillants ou un dispositif d’aide à la surveillance par vidéo”. En effet, Les projecteurs en périphérie peuvent amener de la surbrillance et des reflets au niveau des bassins.

La seconde fonction concerne la bonne visibilité pour les nageurs dans l’eau, notamment dans les bassins extérieurs. En outre, le dernier aspect concerne l’esthétique : “ces dernières années, le développement des bassins ludiques et des animations en tout genre favorisent l’éclairage subaquatique multicolore. Les différentes couleurs d’un éclairage RGB (Red, Green et Blue pour rouge, vert et bleu en français, ndlr) mettent en valeur un bassin, tout en permettant d’attirer une clientèle plus jeune” indique Olivier Cuenin, dirigeant de la société Belenos Aqua, représentant la marque Hugo-Lahme en France.

 

Comment bien choisir l’éclairage de ses bassins ?

Dans la très grande majorité des cas, les collectivités se font aider par les architectes ou les bureaux d’études spécialisés. “Le travail avec un bureau d’études est très important dès l’avant-projet afin d’effectuer les bons choix le plus tôt possible” conseille Julien Emorine, responsable technique et commercial de Marvalway, représentant exclusif de Wibre en France. Pour Grégory Turpault, il est important de faire appel à un consultant spécialisé : “en l’absence de normes spécifiques pour l’éclairage subaquatique et puisque les logiciels de simulation ne s’y appliquent pas, il faut faire appel à un spécialiste et ne pas se baser sur des courbes photométriques qui n’ont aucune valeur puisqu’elles s’appliquent à l’air et non à l’eau. Il est indispensable de définir un seuil de luminosité en nombre de lumens par m2 de plan d’eau qui variera selon la volonté du client, la nature de fabrication du bassin et le type d’activités qui s’y déroulent. A partir de là, on peut choisir le matériel que l’on souhaite et la quantité de projecteurs à installer sera définie selon les caractéristiques des modèles proposés par les différents fabricants”.

Bien évidemment, plusieurs critères rentrent en compte pour choisir le bon éclairage : outre la dimension du bassin, longueur comme largeur, le type de bassin joue également un rôle important, comme l’explique Olivier Cuenin : “nous proposons une gamme de projecteurs pour chaque type de bassins : bassin carrelé, bassin en inox revêtu ou encore bassin inox. Par exemple, pour ces derniers, nous commercialisons des projecteurs 100 % inox pour s’adapter aux exigences des fabricants”. En règle générale, il faut une puissance supérieure de 10 à 20 % pour les bassins en inox.

 

Les bassins sportifs

Pour les bassins sportifs, de 25 ou 50 m de long, il est conseillé de s’orienter sur un éclairage monochrome, en privilégiant le blanc qui est une couleur froide mais plus efficace. On peut tout de même choisir l’intensité de la couleur, entre un blanc très froid, un intermédiaire ou un blanc chaud. Par contre, plus on teinte la couleur, plus on perd en qualité lumineuse. “Pour un bassin de 50 x 10 m, on préconise 15 projecteurs d’une puissance de 15 000 lumens et 100 watts chacun. Ces projecteurs viennent en remplacement des PAR56 halogènes de 300 W” précise Franck Jarrier, responsable France de la société Fluvo Schmalenberger. Et Grégory Turpault d’ajouter : “selon notre base de données de retours d’expériences qui compilent des milliers de valeurs, les taux de satisfaction pour un bassin sportif en béton carrelé sont supérieurs à 75 % au delà de 500 lm/m2, à 90 % au delà de 650 lm/m2”.

Lumières pour vos bassins
L’éclairage subaquatique favorise la bonne visibilité pour les nageurs dans l’eau, notamment dans les bassins extérieurs.

Les bassins ludiques

“Nous avons dû élargir notre gamme de projecteur afin de répondre efficacement à la demande pour ce type de bassin qui a beaucoup évolué ces dernières années : ils peuvent avoir des formes et des dimensions très différentes. La surface étant moins importante qu’un bassin sportif, il faut des projecteurs moins puissants mais davantage extensibles” déclare Julien Emorine. Pour ces bassins, un éclairage RGB est quasiment systématique afin d’obtenir une atmosphère chaleureuse. Généralement, les projecteurs fonctionnent en cycle automatique avec des variations de couleurs. “La collectivité peut programmer la couleur de son bassin selon les activités ou les évènements, comme lors des soirées à thèmes par exemple” complète Franck Jarrier. Les changements de couleurs peuvent être effectués grâce à un simple bouton poussoir, à une télécommande, à un programme spécifique ou une application. “Il faut faire attention aux couleurs comprenant du rouge car sa longueur d’onde d’émission est la moins visible par l’œil humain. Ainsi, il est nécessaire de prévoir des puissances plus importantes” prévient Grégory Turpault.

 

La mise en place et l’entretien

Dans le bassin, il est important de préconiser un éclairage indirect, tout en positionnant les appareils afin d’éclairer l’ensemble de la surface, le tout entre 50 et 80 cm en dessous du niveau d’eau. “Il existe des appareils avec une maintenance possible directement en galerie technique, ce qui est très pratique pour les agents, par contre ils sont un peu plus chers. Toutefois, en privilégiant un système accessible uniquement dans le bassin, il est obligatoire de réaliser les opérations de maintenance le soir, lorsqu’il n’y a plus d’usagers. Ce n’est pas du tout pratique ni réactif” explique Julien Emorine.

Concernant la maintenance, il n’y a pas d’opération spécifique puisque la durée de vie des leds est très importante (voir encadré), hormis régulièrement un simple nettoyage des hublots.

Lumières pour vos bassins
Dans un bassin ludique, les changements de couleurs peuvent être effectués grâce à un simple bouton poussoir, à une télécommande,
à un programme spécifique ou une application.

Le cas de la rénovation

Sans surprise, les gestionnaires de centres aquatiques sont nombreux à demander la réhabilitation de leur système d’éclairage, principalement pour passer à la led. “Il est tout à fait possible de venir en substitution d’un appareil halogène. Si, à l’origine, le bassin était équipé de notre système, le remplacement est très facile. Dans le cas contraire, il suffit de positionner une collerette spécifique afin de récupérer les fixations existantes et insérer un étrier qui sert de liant. De plus, lorsque c’est possible, nous changeons également les câbles pour en mettre des neufs afin d’éviter les problèmes de connectique” prévient Julien Emorine.

Selon Gregory Turpault, il existe de multiples solutions pour remplacer les dispositifs déjà en place, y compris les plus anciens. Il est même désormais possible aujourd’hui d’installer facilement et sans gros travaux des projecteurs à LED dans des bassins qui étaient dépourvus d’éclairage subaquatique jusqu’ici !

 

La led : la solution incontournable

Si la solution de l’éclairage halogène a été la plus utilisée durant les 30 dernières années, désormais la led est systématiquement privilégiée. Elle permet de réduire les consommations d’énergie (divisée par 3 à 10 selon les cas), d’augmenter la puissance d’éclairage, de limiter les problèmes d’utilisation et de réduire la maintenance. “Par exemple, un ancien projecteur de 300 watts éclaire 4 500 lumens alors qu’un projecteur led de 80 watts correspond à 13 800 lumens. Ainsi, on divise la puissance par 4 tout en multipliant également le flux lumineux par 3 par rapport à l’ancienne technologie” indique Olivier Cuenin.

Selon les fabricants, la durée de vie d’un éclairage led est comprise entre 30 000 et 50 000 heures avec un retour sur investissement entre 12 et 24 mois. Le coût d’un projecteur led est compris entre 900 et 4 000 euros HT selon le type d’appareil.

 

S’abonner au magazine Centres Aquatiques

 

Quelle lumière pour vos bassins ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *