Les travaux du centre aqualudique de Carcassonne (11) ont commencé depuis le mois d’août dernier. Le contrat de concession de service public signé avec la société Espacéo, filiale du groupe Spie batignolles, pour une durée de 25 ans, va permettre à la Ville de bénéficier d’un équipement moderne proposant de multiples espaces adaptés à tous les publics. L’agence Taillandier Architectes Associés, qui a conçu l’établissement, a dû prendre en compte les contraintes liées aux risques d’inondations et à la préservation du caractère naturel du lieu.

Le projet concerne la réhabilitation et l’extension de l’actuel pôle aqualudique du Païcherou, situé dans un emplacement privilégié, à proximité des berges de l’Aude. Ces travaux s’inscrivent pleinement dans la redynamisation de ces berges qui se développent avec une véritable dimension sportive. En effet, en plus de l’ASPTT, voisine de la parcelle, la nouvelle halle des sports Nicole Abar a été réalisée en amont du site et accueille diverses activités sportives et compétitions. Les habitants viennent s’approprier les rives de l’Aude pour se balader et faire du sport. La volonté était donc de conserver l’activité aquatique dans ce secteur en cohérence avec celles déjà en place. Le bâtiment d’origine a vécu et nécessitait une restructuration, autant pour son usage que sa structure. “Le programme supplémentaire vient en extension sur le nord de la parcelle, en impactant au minimum son emprise au sol. Le bâtiment existant est quant à lui étendu par surélévation sur une partie du socle afin de minimiser les impacts au sol et de répondre aux contraintes liées à cette partie inondable. Cette intention favorise une vue sur le paysage et génère des rapports privilégiés avec l’Aude” décrit Anthony Morinière, responsable de l’agence Taillandier Architectes Associés de Montpellier, en charge du projet.

Une écriture simple avec peu de matériaux pour créer une cohérence
L’agence d’architecture a fait le choix d’employer peu de matériaux afin de créer une cohérence et une harmonie entre les éléments construits et ainsi préserver le caractère historique du territoire et de son environnement paysager. L’agence a donc choisi le béton pour sa pérennité constructive, le vitrage et les menuiseries en aluminium pour garantir les transparences ainsi que le métal pour le remplissage entre les pilotis, afin de conserver une porosité à l’eau et aux crues. “Le socle du projet est un béton sur lequel vient s’appuyer un objet évidé et transparent qui cadre le paysage. Le béton est utilisé pour créer la structure et la grille constructive du projet. En façade, des poteaux suivent une trame régulière et supportent de grandes menuiseries de 4 m de hauteur en lien direct avec les berges de l’Aude. Sur cette structure en béton qui vient tramer la façade, vient se poser un système constructif en bois, fait de caissons, permettant de franchir les grandes portées des bassins sans avoir de points porteurs intermédiaires” indique l’architecte. En effet, pour mettre en place un système structurel cohérent, des poteaux en béton de 2,55 m ont été espacés sur l’ensemble de l’enceinte du hall. Ils supportent une poutre de couronnement en béton de 180 cm qui reprend la charpente intérieure. La charpente en bois lamellé-collé retient la toiture, sous la forme de caissons correspondant à la trame des poteaux en béton. Ce système permet de franchir des portées de plus de 30 m avec une retombée de seulement 160 cm qui s’aligne avec la poutre de couronnement en béton en périphérie de l’opération.

Le fonctionnement de l’établissement
Pour rendre claire l’organisation des espaces et favoriser les connexions avec le territoire, un parvis-rampe généreux permet de prévoir une entrée “urbaine” pour le bâtiment et de répondre à l’accessibilité tout public. Conçu intégralement de plain-pied, il s’agit d’un projet compact et généreux dont la lecture extérieure reflète l’imbrication des espaces intérieurs : le hall est une rotule centrale, les bassins et l’espace balnéo génèrent une « halle » transparente et les programmes annexes constituent le fond et l’arrière-plan du projet. Une attention particulière a été portée sur les espaces secs et humides. Ces espaces sont directement identifiables depuis le hall et liés à un cheminement de fonctionnement précis. Une séparation physique et précise a été effectuée entre les espaces dédiés aux scolaires et les espaces ouverts au public. Dans les vestiaires publics, les casiers sont en stratifié compact avec des serrures de types électroniques. Ils sont de différentes tailles pour permettre le rangement des effets encombrants (manteaux, etc.) et certains seront de grandes dimensions, type casiers familiaux. Dans le hall est prévu un ensemble de casiers équipés de serrures à code (molettes) destinés à recevoir les casques des utilisateurs de deux roues motorisées.

La présentation des différents espaces
Au sud, la halle des bassins accueillera l’espace aquatique avec deux bassins (en inox polymérisé) reliés entre eux (25 x 10 m de 1,30 à 1,80 m et 16,5 x 7,5 m avec une profondeur constante de 1,30 m pour les activités), une pataugeoire de 40 m2 et un toboggan (départ et arrivée en intérieur) d’environ 30 m de long. De plus, un espace extérieur comprend un bassin nordique de 25 x 21 m, en béton revêtu d’une membrane PVC armée avec finition carrelage en partie haute (et équipé d’une couverture isothermique automatisée), un pentagliss de trois pistes et des jeux pour enfants. Un sas d’immersion avec rivière de liaison permettra de passer de l’espace couvert à l’extérieur en toutes saisons.

Le centre aqualudique proposera également à ses usagers un univers balnéo dont notamment un bassin avec des zones de massages, un sauna, un hammam, des douches ludiques et des pierres chaudes. Cet espace disposera aussi d’un solarium et d’un bassin extérieur, équipé de banquettes et lits massant ainsi que des cascades et diverses plaques à bulles, tout en offrant une vue privilégiée sur l’Aude.

Enfin, l’univers forme et fitness sera aménagé dans un espace de 200 m2 où les clients pourront profiter d’équipements connectés de cardio-training et de cours de fitness et de danses. Quatre salles de massage et de soins corporels viennent compléter cette zone forme et fitness. “En ce qui concerne le fitness, les vestiaires et la partie administration, notre principe consiste à ne pas accentuer les problèmes d’inondations sur la parcelle. Pour ce faire, un corps de bâtiment sur pilotis vient se poser sur le terrain naturel sans modifier sa déclivité et sert de repère en fond de parcelle” ajoute Anthony Morinière.

Les caractéristiques techniques
Les réglementations en vigueur concernant le Plan de Prévention du Risque d’Inondation (PPRI) entraînent certaines contraintes. Par exemple, le stockage du bois étant rendu impossible sur site, le choix d’une chaufferie bois n’a pu être retenu. Ainsi, des chaudières au gaz naturel à condensation ont été installées, pour une puissance totale de 1 350 kW.

Certains choix techniques restent en cours de validation. C’est la désinfection par électrolyse de sel qui devrait être choisie pour le traitement de l’eau, avec des filtres à sable, des pompes équipées de variateurs de vitesse et des déchloraminateurs à lampes UVC. De plus, les eaux de renouvellement des bassins seront récupérées pour l’alimentation des sanitaires. Concernant le traitement d’air, le centre aqualudique sera équipé d’une centrale double flux à modulation d’air neuf. Une récupération d’énergie sur les eaux grises et sur les eaux de renouvellement des bassins sera également possible.

Les travaux devraient être terminés fin 2020 pour ce projet qui s’inscrit dans une politique générale de développement de l’activité sportive au sein de la ville (et principalement d’enrichir l’offre d’activités aquatiques) et de redynamisation du secteur sud.

Un projet optimisé pour un budget maîtrisé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *