Confrontés à un vrai manque, nous avons décidé de mettre en place un plan piscines spécifique sur les territoires carencés afin de subventionner un projet par an jusqu’en 2021, à hauteur d’un million d’euros auquel s’ajoute un million d’euros de la part de l’Etat” de Martine Kohly, vice-présidente du Conseil départemental de l’Isère.

A partir de 2015, le Département de l’Isère, avec l’aide des services de la Préfecture, a établi un diagnostic afin d’analyser l’ensemble des piscines existantes. De plus, suite à la projection en 2025 la collectivité a décidé de faire le nécessaire pour éviter le futur manque qui avait été repéré. “ Nous avons décidé de mettre en place un plan piscines spécifique sur les territoires carencés afin de subventionner un projet par an jusqu’en 2021, à hauteur d’un million d’euros auquel s’ajoute un million d’euros de la part de l’Etat” argumente Martine Kohly, vice-présidente du Conseil départemental de l’Isère.

Ainsi, les élus ont décidé de créer un référentiel technique informant les collectivités intéressées sur les critères à respecter afin que le projet soit retenu. L’objectif de la collectivité était d’aider des projets, ouverts minimum 3 000 heures par an, et évalués à environ 5 millions d’euros HT (hors fondations particulières et démolition éventuelle) avec un coût maximal de 3 450 euros/m2. Déjà 3 projets ont été retenus sur les 6 : à Morestel, Poncharra et Saint-Egrève.

Plus d’informations dans notre magazine d’avril.

 

La phrase de Martine Kohly, vice-présidente du Conseil départemental de l’Isère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *