Il y aurait un paradoxe incompréhensible à accueillir les épreuves reines de la natation en 2024 dans un territoire au plus bas du classement du m2 de bassin par habitant de France” de Mathieu Hanotin, conseiller départemental de Seine-Saint-Denis, en charge du sport et de l’organisation des grands événements.

Mathieu Hanotin

En 2015, le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis a souhaité impulser une dynamique en faveur de l’investissement pour la construction et la rénovation de centres aquatiques.
La candidature de Paris 2024 est une chance exceptionnelle pour la Seine-Saint-Denis qui accueillera un grand nombre de sites et d’infrastructures olympiques. Nous voulons mettre la candidature et son héritage au service du sport de proximité, en particulier en matière de développement de la natation. Car il y aurait un paradoxe incompréhensible à accueillir les épreuves reines de la natation en 2024 dans un territoire au plus bas du classement du m2 de bassin par habitant de France. C’est pourquoi ce Plan piscines doit non seulement permettre d’amorcer un rattrapage indispensable jusqu’en 2021, mais aussi de pointer des objectifs ambitieux en matière de rattrapage qui devront être poursuivis” indique Mathieu Hanotin, conseiller départemental de Seine-Saint-Denis, en charge du sport et de l’organisation des grands événements. Au total, 40 millions d’euros vont être investis par le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis pour permettre la réalisation de plusieurs projets.

Depuis 2016, les projets ont été étudiés puis validés et ils vont désormais sortir de terre progressivement, entre 2019 et 2022.

La phrase de de Mathieu Hanotin, conseiller départemental de Seine-Saint-Denis, en charge du sport et de l’organisation des grands événements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *