« Il est indispensable de travailler ensemble afin de diminuer les coûts d’investissements et de fonctionnements. Par exemple, la commune de Taillan-Médoc s’est rapprochée de Blanquefort et Parempuyre afin de proposer de participer à l’investissement en échange de créneaux horaires pour les scolaires et les clubs » d’Agnès Versepuy, vice-présidente de Bordeaux Métropole en charge des équipements métropolitains.

Agnès Versepuy,

A l’image de nombreux territoires, Bordeaux Métropole souhaite rattraper son retard en termes d’équipements aquatiques. Une quinzaine de projets vont voir le jour d’ici 2022, dont les premiers avant la fin de l’année. Après une phase de concertation avec les collectivités du territoire, une quinzaine de projets a été identifiés : 5 constructions et 9 rénovations/reconstructions. Le second objectif de ce plan piscines est de garantir un maillage cohérent sur le territoire, offrant une accessibilité aisée pour l’ensemble des habitants de la métropole, avec une piscine à moins de 10 minutes pour chacun. « Aujourd’hui, chaque commune ne peut pas construire sa propre piscine. Il est indispensable de travailler ensemble afin de diminuer les coûts d’investissements et de fonctionnements. Par exemple, la commune de Taillan-Médoc dont je suis le maire, s’est rapprochée de Blanquefort et Parempuyre afin de proposer de participer à l’investissement en échange de créneaux horaires pour les scolaires et les clubs » indique d’Agnès Versepuy, vice-présidente de Bordeaux Métropole en charge des équipements métropolitains.

Plus d’informations dans notre magazine de mai.

 

La phrase d’Agnès Versepuy, vice-présidente de Bordeaux Métropole en charge des équipements métropolitains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *