En quelques mois, La Communauté d’agglomération Bar-le-Duc Sud Meuse a investi dans de l’éclairage led autour des bassins sportifs de ses deux piscines. Un investissement peu onéreux permettant de redynamiser les deux établissements.

La Communauté d’agglomération Bar-le-Duc Sud Meuse gère deux piscines. Le centre nautique de Bar-le-Duc, accueillant environ 100 000 personnes par an, est composé d’un bassin sportif de 25 m (5 couloirs), d’une zone ludique de 200 m2 (avec une rivière de 15 m de long, une pataugeoire, un bassin d’apprentissage et un petit bain), un toboggan de 32 m de long, un espace détente et un solarium extérieur.
Le centre nautique de Ligny-en-Barrois, quant à lui, dispose d’un bassin de 25 m et d’un espace détente. Il reçoit environ 50 000 personnes par an.

Des projecteurs subaquatiques…
En 2014, alors que le bassin sportif du centre nautique de Bar-le-Duc disposait de hublots mais pas de projecteurs subaquatiques (simplement des projecteurs de jardin), il a été décidé d’en installer sur un des côtés du bassin, comme l’explique Alan Audebert, responsable des piscines au sein de l’Agglomération : “Nous avons ainsi installé 5 projecteurs Watervision de 160 watts afin de se baigner dans de l’eau coloré. De plus, avec le tableau de commande, il est très simple de faire varier les couleurs. Nous nous en servons principalement lors des cours d’aquagym ou lors des animations Aquanight.”

…puis de l’éclairage led pour la halle bassins
Lors de certains événements, l’équipe du centre nautique de Bar-le-Duc installait des éclairages supplémentaires dans la halle bassin afin d’améliorer la luminosité du lieu car les anciens projecteurs à iodure n’éclairaient plus de manière optimale. Ainsi, afin d’éviter d’installer et désinstaller régulièrement ce type de matériel, la collectivité a choisi d’investir dans de l’éclairage led. “Nous avons opté pour des projecteurs IP65 de la société Caméo d’une puissance de 36 watts chacun. Il y en a 12 autour du bassin sportif : 5 dans chaque longueur et 1 dans la largeur. Ce sont les maîtres nageurs qui ont évoqué le projet afin de redynamiser l’établissement. Etant donné qu’il n’y avait rien de difficile à mettre en œuvre, nous avons donc décidé de réaliser les travaux en régie. Ainsi, nous avons profité de bénéficier de l’échafaudage lors du lavage des vitres, pour percer les trous, installer les pitons d’ancrage, tirer l’alimentation pour chaque projecteur, câbler et relier l’ensemble au tableau électrique” décrit Alan Audebert.

L’installation est opérationnelle depuis mi septembre 2018 et les retours sont positifs. L’éclairage tamisé est très apprécié, notamment pour certains cours comme l’aquagym ou autres activités nocturnes, mais également pour les séances de quelques clubs. De plus, les projecteurs réagissent au son et peuvent changer de couleur selon le rythme de la musique. Toutefois, ces projecteurs complètent l’éclairage existant puisque le centre nautique a décidé de garder les projecteurs à iodure, encore utilisés notamment lors de certaines périodes de surveillances des bassins en journée.

La seconde piscine également équipée
Suite à la réussite de l’installation à Bar-le-Duc, il a été décidé d’installer le même type d’équipement pour le centre nautique de Ligny-en-Barrois en décembre dernier. Néanmoins, par manque de temps, c’est un électricien qui s’est chargé de positionner les 15 projecteurs IP65, toujours de la marque Caméo. Ils permettent de colorer l’établissement, y compris l’eau du bassin. Une nouveauté appréciée car il ne dispose pas d’éclairage subaquatique.
En outre, Alan Audebert et ses équipes souhaitent désormais améliorer l’éclairage de l’espace de loisirs à Bar-le-Duc et quelques projecteurs (3 ou 4) vont être installés prochainement.

Un investissement raisonnable
Le coût des travaux a été de 2 900 euros TTC (fourniture seulement) pour le centre nautique de Bar-le-Duc et 6 500 euros TTC (fourniture + pose) pour celui de Ligny-en-Barrois. “Cet investissement va nous permettre de réaliser quelques économies au niveau des consommations. Par exemple, pour les cours en soirée, nous éteignons désormais totalement les projecteurs à iodure. De plus, il est fréquent qu’une seule rampe sur les deux soit allumée, ce qui permet d’économiser 2 kW à chaque fois. En outre, nous allons gagner du temps en manutention. En effet, en moyenne, nous changions entre 3 et 4 ampoules à iodure par an. Il fallait donc programmer les changements en dehors des heures d’ouverture, coordonner les travaux… ce sera donc moins le cas puisque nous utilisons beaucoup moins ces projecteurs” conclut Alan Audebert.

 

Eclairage : une modernisation efficace et pas chère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *