Afin de remplacer sa piscine tournesol, la communauté de communes de la région de Bar sur Aube a décidé de construire un nouveau centre aquatique, davantage adapté aux besoins actuels des usagers. C’est l’agence Arcos Architecture qui se charge de ce projet en cours de construction. 

La nouvelle construction prend place sur le site de la piscine tournesol, fermée depuis septembre 2017, qui a été détruite avant la construction du futur établissement. Il était intéressant de garder ce site, visible dès l’entrée de la Ville, avec une jolie vue sur le paysage environnant : côte de Bar, collines de Proverville et forêt de Janvottes. “Il était logique de détruire la piscine tournesol existante car, d’une conception très particulière, elles sont peu évolutives et il est difficile de réutiliser des éléments existants :
fondations en longrines circulaires, locaux techniques exigus et séparés du reste, galeries partielles et peu exploitables… Nous avons simplement restructuré le bassin existant
” argumente Etienne Chauvelier, président d’Arcos Architecture.

La problématique liée à l’humidité du site
Les documents fournis dans le cadre du concours ont montré que la présence d’eau sur le site était à craindre : nappes affleurantes, cotes d’inondation au niveau du terrain naturel. Le projet devait donc prendre en compte ce paramètre et permettre une exploitation tout au long de l’année. Ainsi, l’implantation altimétrique garantie l’absence d’effet bouchon, et protège des risques d’infiltration. De plus, les galeries sont exploitables en cas de crue ou de remontée de nappe : aucun équipement sensible ne peut être atteint. De même, le niveau des plages de l’ancienne piscine a été remonté de 85 cm. Des dispositions indispensables comme l’a montré la crue importante subie en début d’année dans la région.

Les principaux choix techniques
Afin de répondre à la contrainte budgétaire, l’agence Arcos Architecture a choisi de réaliser une structure porteuse en portiques préfabriqués béton, comme l’indique Etienne Chauvelier : “cette solution offre la précision des cotes, la rapidité de mise en œuvre ou encore la pérennité en milieu humide. L’économie structurelle nous permet de proposer un habillage acoustique complet du plafond et des parois, accompagnant la recherche d’une esthétique épurée et proposant ainsi un équilibre intéressant”. En outre, un important travail a été réalisé afin de maîtriser la lumière et les effets de transparence. Par exemple, des débords de toiture et de larges panneaux de façade forment une protection du soleil tout en garantissant une clarté constante en toutes saisons.

Des éclairages zénithaux apportent aussi un complément d’éclairage naturel et évitent les phénomènes de réverbération sur les plans d’eau, assurant ainsi de meilleures conditions de surveillance des baigneurs. De plus, les façades pourront être largement ouvertes l’été, créant une communication aisée avec les espaces extérieurs.

Deux halles bassins distinctes mais reliées entre elles
Le projet résulte de la réunion de deux entités autour d’un axe fédérateur : l’ensemble vestiaire individuel / halle sportive d’une part, et l’ensemble remise en forme, espace balnéo et ludique d’autre part. Les deux halles bassin pouvant ainsi fonctionner seules ou ensembles. Cette souplesse de fonctionnement et d’exploitation permettant toutes les configurations possibles, induit une optimisation des coûts d’exploitation.

Le bâtiment est donc structuré autour d’un “axe fédérateur”, dans lequel on retrouve l’accueil et ses fonctions d’orientation, de renseignements et d’attente. Les vestiaires individuels au fonctionnement évident permettront à tous les publics de trouver facilement leurs marques. Ils sont organisés sur le principe de la marche en avant : il y a ainsi une progression linéaire qui évite tout retour en arrière dans la progression vers les bassins. L’accès à la halle bassin se fait dans l’axe du grand bassin, avec une vue panoramique sur le paysage proche et lointain. Les deux halles bassins, largement ouvertes au sud-ouest sont baignées de lumière. La première comprend uniquement le bassin de natation de 25 x 10 m (de 1,20 à 2 m de profondeur). La seconde dispose d’un bassin loisirs comportant différentes animations (col de cygne, banquette massante, geyser) tout en offrant trois lignes de nage pour l’apprentissage. Entre les deux halles bassins, les usagers auront accès à un espace à l’échelle plus réduite, idéal pour les enfants : une zone de jeux sans profondeur. Dans cette alcôve limitée en périphérie par une banquette parents, les enfants peuvent découvrir les joies de l’eau en toute sérénité : animaux cracheurs, parapluie fontaine, et geyser de sol interactif ponctuent cet espace au sol souple et aux couleurs relevées. Par le biais de portillons rabattables, l’espace enfant peut être mutualisé au choix, avec la halle sportive ou la halle de loisirs.

Un espace forme complète l’offre
Depuis l’accueil, il y aura également la possibilité d’accéder au Club Forme. Destiné à une clientèle davantage exigeante et souvent habituée des espaces de remise en forme, cet espace se doit d’être plus qualitatif, d’après Etienne Chauvelier : “les usagers payent une somme supplémentaire pour accéder à cet espace forme, il doit donc être plus esthétique dès l’entrée. Par exemple, avec un carrelage grand format, de couleur taupe, mais aussi des cabines dotées d’un placage en bois et des aplats de couleurs plus travaillés. Au niveau de l’offre, il y aura un hammam, un sauna, un jacuzzi, des douches et, bien évidemment, un espace détente protégé des activités et des circulations”.

La partie technique
Les locaux techniques sont desservis par la cour de services située en pignon nord/ouest, en relation directe avec la voirie, leur accès étant indépendant et protégé de la zone d’accès du public. Toutes les fonctions sont regroupées dans une logique intuitive et rationnelle : traitement d’eau en liaison avec les galeries et les locaux produits en proximité directe. La chaufferie est indépendante. Les centrales d’air, placées en toiture et accessibles par un escalier technique, sont protégées des vues par un caillebotis qui prolonge le volume des halles bassins. Concernant les choix techniques, le traitement de l’eau sera effectué grâce à une filtration par bille de verre et à des déchloraminateurs. Quant au chauffage, il sera à gaz dans un premier temps, mais pourrait évoluer dans le futur car la collectivité réfléchit à un projet de géothermie. Ainsi, tout a été prévu au niveau des fourreaux, des vannes ou encore des échangeurs, pour basculer facilement vers une autre source d’énergie.

Conçu dans une logique de coût global, grâce notamment à une organisation fonctionnelle forte et à une excellente compacité, le projet donne au complexe un caractère qualitatif garant d’un bon niveau de performances sur le plan de l’attractivité du public et de l’exploitation des installations” conclut l’architecte.

Bar sur Aube : un équipement qui mise sur le fractionnement des volumes

Une réflexion au sujet de « Bar sur Aube : un équipement qui mise sur le fractionnement des volumes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *