Longtemps désiré, Balsan’éo, le futur centre aquatique de Châteauroux Métropole, devrait être livré mi 2020. Situé à proximité du centre-ville, il sera notamment doté de quatre bassins et permettra d’accueillir plusieurs publics en même temps, y compris durant certaines compétitions.

L’idée d’un nouveau centre aquatique pour le territoire était un projet évoqué depuis le début des années 2000. Malheureusement, il n’avait pas pu se concrétiser, laissant la place à d’autres priorités. Toutefois, pour ce mandat 2014-2020, Gil Avérous, maire et président de Châteauroux Métropole, l’avait clairement annoncé dans son programme. “Le besoin était réel étant donné que nous avons dû fermer un bassin extérieur et que les deux autres piscines, comptabilisant environ 160 000 entrées par an, sont vieillissantes. L’ensemble des scolaires ne parvenaient pas à venir à la piscine, ce qui pose un réel problème dans le cadre de l’apprentissage de la natation” indique Michel Georjon, vice-président de Châteauroux Métropole délégué aux projets structurants.

Ainsi, dès le début du mandat, les élus ont travaillé avec Mission H2O comme assistant à maîtrise d’ouvrage : 12 mois d’études au cours desquels le projet a été affiné et adapté. “Nous souhaitions surtout un équipement répondant à tous les besoins, aussi bien des scolaires des 14 communes, des clubs et du grand public, mais également un site pouvant fonctionner avec divers publics en simultané, y compris lors de certaines compétitions” ajoute l’élu. Bien évidemment, de nombreuses concertations ont été organisées avec les futurs utilisateurs (notamment les associations locales) et le personnel de la piscine.

Comme de plus en plus de collectivités le font lorsqu’il s’agit de centre aquatique d’envergure, Châteauroux Métropole a choisi de partir sur un Marché Public Global de Performance (MPGP) pour la conception, la réalisation et la maintenance de l’équipement, pour une durée de 5 ans.

Choix du site et caractéristiques architecturales
L’emplacement retenu par les élus, et approuvé par la population, est une parcelle proche du centre-ville et à proximité de plusieurs autres équipements comme l’hippodrome et le campus universitaire. L’agence d’architecture retenue est Mikou Design Studio, notamment pour son originalité concernant l’insertion dans le territoire. Par exemple, l’agence a pris le parti de placer le centre aquatique en position centrale et de surélever le niveau d’entrée du parvis pour identifier clairement l’équipement depuis le carrefour et créer des vues agréables depuis la halle “bassins” sur le paysage de la vallée de l’Indre. De plus, la forme elliptique de la structure, voulue par les architectes, à l’image d’une pièce de puzzle, permet notamment de séparer les deux halles, lors de l’organisation de compétitions.

Les différents espaces du site
La halle bassins sera donc divisée en deux. La première partie, située à l’est, sera réservée à l’espace sportif, avec deux bassins : un de 25 m avec 10 couloirs (de 1,80 à 2,50 m de profondeur) et un bassin d’apprentissage, également de 25 m mais avec 4 couloirs (1,20 m de profondeur). Deux tribunes d’une capacité totale de 336 places pourront accueillir les spectateurs. La seconde partie comprend un bassin ludique (entre 0,80 et 1,20 m de profondeur) de 400 m2 ainsi qu’une pataugeoire. L’intérieur sera complété par un espace bien-être équipé d’un hammam, de deux saunas, de deux jacuzzis, d’un bassin tonique (avec cols de cygne, escalier geyser…) et une zone de détente.

A l’extérieur, les usagers auront accès à un bassin de 50 m avec 5 couloirs (d’une profondeur de 1,20 à 2,50 m), une plaine de jeux aqualudique et un pentagliss. Tous les bassins de Balsan’éo seront réalisés en inox revêtu. Par ailleurs, parmi les équipements annexes, une salle polyvalente sera située au rez-de-chaussée. D’une capacité de 250 personnes, elle pourra être utilisée dans le cadre de séminaires ou faire office de salle de restauration durant les compétitions, mais également être louée de manière indépendante. Le site comptera également un bureau pour les associations et une salle de musculation, partagés par les clubs et une cafétéria en double accès (pieds secs et pieds mouillés).

Le souhait des élus est vraiment d’optimiser un maximum ce futur centre aquatique. “Dès le départ, nous avons eu la volonté de le gérer en régie, avec comme objectif de proposer de nombreuses activités et animations afin d’obtenir un déficit le plus faible possible. De plus, le fait de pouvoir utiliser un système de chauffage par géothermie devrait nous permettre de réduire les coûts des fluides,” précise Michel Georjon. Les études réalisées tablent sur un prévisionnel de 250 000 à 300 000 personnes accueillies chaque année.

Balsan’éo : un centre multi-usages pour multi-plaisirs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *