Est Ensemble, établissement public territorial du Grand Paris, vient d’inaugurer  une nouvelle piscine sur son territoire, à Montreuil, après 36 mois de travaux  et une ouverture en deux temps. La piscine de Murs à pèches dispose notamment  d’un espace de baignade biologique de plus de 1 000 m².

La baignade naturelle extérieure est composée d’un espace de 1 265 m² avec un système de filtration 100 % biologique permettant une fréquentation de 670 baigneurs par jour.

Descriptif de l’équipement

Maître d’ouvrage

Est Ensemble Agglomération

Maître d’ouvrage délégué

Mairie de Montreuil

Maître d’œuvre mandataire

Agence Coste Architectures

BET Fluides

Sarl Patrick Tual

Fournisseur filtration biologique

Aquatic Science

Durée des travaux

36 mois

Coût total des travaux

25,95 millions d’euros TDC (Toutes dépenses confondues)

Subventions

Conseil régional Île-de-France : 5 millions d’euros

CNDS : 1,1 million d’euros

L’établissement public territorial Est Ensemble compte près de 408 000 habitants répartis sur 9 communes. Par ses prérogatives, la collectivité dispose d’une compétence liée aux équipements sportifs : elle gère actuellement un parc de 12 équipements aquatiques intercommunaux. A l’image de nombreuses collectivités d’Île-de-France, Est Ensemble place le maillage aquatique de son territoire au premier rang des enjeux majeurs et incontournables car au sein du département de Seine-Saint-Denis, un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée au collège.

En 2015, les élus ont fait le choix d’adopter un schéma directeur communautaire sur les équipements aquatiques permettant ainsi de réhabiliter et de construire de nouveaux sites destinés à accueillir des bassins dits d’apprentissage dans les villes où les besoins demeuraient réels. La création de cette nouvelle piscine à Montreuil s’inscrit totalement dans cette politique de palier l’un des déserts aquatiques du territoire, permettant de décongestionner l’actuel stade nautique (axé principalement sur les pratiques sportives aquatiques) et de répondre ainsi à un véritable besoin d’équipement pour les pratiques d’apprentissage aquatique.

C’est l’agence Coste Architectures qui a été retenue pour la réalisation de cette nouvelle piscine.

Un plan d’eau naturel

Utilisé depuis juillet 2016, l’espace extérieur de 1 700 m² est composé d’un plan d’eau de 1 265 m², avec une profondeur comprise entre 0,50 et 2,5 m, d’un pentagliss de 10 m de haut avec 6 pistes, d’un toboggan de 72 m de long, d’une pataugeoire et d’aires de jeux pour les enfants et de vastes plages végétalisées. La principale particularité vient du système de filtration 100 % biologique de la baignade naturelle, un choix fort des élus de la Ville afin de bénéficier d’une eau douce et cristalline. C’est la société Aquatic Science qui a été retenue avec un procédé divisé en plusieurs étapes : une filtration mécanique avec filtres à tambour autonettoyants, suivi d’un passage par des filtres biologiques, un bac tampon et un passage aux UV. “Tout d’abord, il s’agit d’évacuer les matières en sus-pension (pollen, feuilles, peaux mortes…). Il faut les capter au plus tôt et les sortir du circuit d’épuration grâce à une filtration (filtre 40 µ) qui s’effectue par gravité, selon le principe des vases communicants, limitant ainsi les puissances à mettre en place au niveau des pompes. Ensuite, l’eau déchargée de sa matière en suspension s’écoule au travers de 14 filtres biologiques (de 2 x 1,20 m chacun), composés d’un support de filtration céramique (le biocerapond). Avant de repartir dans le bassin, l’eau passe par “l’uvozone spécifique”, constitué de 16 lampes UV assurant la désinfection grâce à un traitement conjoint du rayonnement ultra-violet et de l’oxydation. Cette technologie innovante, inspirée de la nature, est non seulement active contre les parasites et les algues, mais assure également une épuration des germes jusqu’à 99,9 %” décrit Jean-Christophe Gérard, directeur commercial France d’Aquatic Science. Le plan d’eau peut accueillir jusqu’à 675 baigneurs par jour.

Concernant la gestion de cet espace de baignade naturelle, le personnel de la piscine a été formé et est accompagné par la société, qui s’est déplacée une fois par semaine lors de la première année, et par l’Agence Régionale de la Santé (ARS). “Certains paramètres sont à vérifier tous les jours et d’autres toutes les semaines. Par exemple, on peut citer la température de l’eau, le pH, la dureté totale et carbonatée de l’eau, les nitrites, les nitrates, le phosphore ou encore l’oxygène dissous” ajoute le directeur commercial.

Par ailleurs, l’eau n’étant pas chargée en chlore, elle est réutilisée après les vidanges : pour les arrosages de pelouses ou encore les appareils sanitaires.

Une conception respectueuse de l’environnement

L’agence Coste Architectures a conçu un parc aquatique urbain résolument tourné vers l’écologie. Par exemple, il dispose de toits végétalisés, d’une chaufferie à bois, de panneaux photovoltaïques et solaires thermiques permettant ainsi d’économiser 40 % de frais de fonctionnement. De plus, l’ossature bois labéllisée PEFC, réduit considérablement l’empreinte carbone du bâtiment. C’est également le premier centre aquatique français avec des espaces bâtis au niveau passif en milieu urbain (ultra économique en énergie) : accueil et bureaux.

Deux bassins intérieurs et un espace bien-être

En complément de l’espace extérieur, le bâtiment, ouvert depuis le 18 septembre dernier, est organisé en cinq volumes contigus mais clairement identifiables : le volume de l’entrée, en transparence sur le parvis, le volume technique, la totalité des vestiaires en position centrale et deux bassins. Concernant ces derniers, on trouve un bassin de 25 x 10 m avec 8 lignes de nage ainsi qu’un bassin d’apprentissage avec une rampe d’accès à l’eau pour les personnes à mobilité réduite. Le traitement de l’eau est réalisé grâce à l’électrolyse de sel, une alternative au chlore classique.

De plus, la partie intérieure comprend également un espace bien-être avec deux saunas, un hammam, trois douches hydromassantes et un bassin de balnéothérapie avec des banquettes à bulles, des chutes d’eau et des sièges massants.

Une équipe de 25 personnes
Le bassin ludique et d’apprentissage s’impose en position centrale du bâtiment et assure la continuité visuelle vers le bassin extérieur.

La piscine des Murs à pêches est gérée en régie directe par Est Ensemble, hormis le traitement de l’eau et la production de chaleur, sous-traités à la société Coriance. “L’équipe est composée de 25 personnes : 10 maîtres-nageurs dont 2 chefs de bassin, 1 responsable technique, 2 techniciens, 2 caissiers, 8 agents polyvalents (accueil et hygiène du bâtiment), 1 responsable administratif et 1 directeur. Durant l’été, nous embauchons 4 saisonniers afin d’accompagner les usagers qui n’ont pas l’habitude de venir se baigner dans un espace de baignade naturelle. L’objectif est de les informer, notamment sur la douche obligatoire avec un gel douche au pH neutre que nous leur fournissons avant chaque baignade” explique Mohamed Annad, directeur des sports de la collectivité.

Au niveau des activités, l’offre est assez classique avec aquagym, aquabiking, circuit training… sans oublier les cours de bébés nageurs et l’école de natation (apprentissage et perfectionnement).

Cet équipement structurant, à vocation éducative, sociale et de loisirs, était très attendu par les habitants. Ouvert depuis plus d’un an, l’espace extérieur a déjà accueilli plus de 36 000 baigneurs et les équipements intérieurs devraient également être très sollicités.

 

Une piscine écologique pour Montreuil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *