Après deux ans de travaux, la Communauté de communes des 2 Vallées (91), environ 20 000 habitants, vient d’inaugurer son nouveau centre aquatique situé à proximité de son siège sur la commune de Milly-la-Forêt.

Voir le tableau descriptif de l'équipement

En 2008, l’ancienne piscine municipale de Milly-la-Forêt, datant des années 70 avec le “programme des 1 000 piscines”, a dû fermer ses portes à cause de sa vétusté. “Depuis, nous n’avions plus de piscine et les personnes souhaitant nager devaient faire 20 km. Cet éloignement a également entraîné l’absence de pratique pour les scolaires. Ainsi, il était nécessaire d’investir dans un nouveau centre aquatique” explique Pascal Simonnot, président de l’intercommunalité.  Après avoir structuré la Communauté de communes des 2 Vallées, passée de 6 à 15 communes, les élus ont travaillé sur un centre aquatique structurant de dimension intercommunale. Il a été choisi de le construire à la place de l’ancien équipement étant donné qu’il était très bien situé : en plein centre du territoire, aux abords du siège social de la CC2V, du centre de loisirs, d’un complexe sportif avec son gymnase, les terrains de football et ses courts de tennis, l’ensemble étant devenu propriété intercommunale avec la prise de différentes compétences par la collectivité.

Le centre aquatique dispose d’une halle bassin de 1 336 m2 comprenant un bassin sportif de 25 x 15 m (6 couloirs), un bassin d’apprentissage et un espace pour les activités.

Trois bassins couverts
Le centre aquatique dispose d’une halle bassin de 1 336 m2. Elle comprend un bassin sportif de 25 x 15 m (6 couloirs) inséré au cœur du bâtiment et un grand bassin d’activité orienté sud-est qui accueille à la fois un espace d’apprentissage, un espace pour les activités de type aquagym et une zone ludique avec banquettes hydro-massantes et cols de cygnes. Un centre de remise en forme (125 m2) vient compléter le programme, avec une zone “sèche” au premier étage pour la pratique du cardio-training (vélos, tapis de course, rameurs, elliptiques…) et du fitness (appareils à charges guidées et charges libres pour un travail de tous les groupes musculaires), et une zone humide en rez-de-jardin, avec deux saunas, un hammam et des douches hydro-massantes. En outre, un jardin zen a été imaginé à l’extérieur, en marge des terrasses, plages minérales et solarium végétal.

Afin de ne pas gérer en direct les problématiques techniques et de ressources humaines, la collectivité a décidé de confier la gestion de son équipement à la société Vert Marine.

Le choix d’un délégataire pour gérer l’équipement
Dès le départ, les élus de la Communauté de communes ont décidé que l’établissement serait géré par un prestataire privé en délégation de service public (DSP). “Ce choix a été dicté par le fait de ne pas gérer en direct les problématiques techniques et de ressources humaines et ainsi confier la gestion d’un tel équipement, de l’accueil à la maintenance technique en passant par la surveillance des bassins, à un professionnel du secteur” argumente Daniel Denibas vice-président de la Communauté de communes. Le choix s’est porté sur la société Vert Marine qui a mis en place une équipe de 15 personnes pour gérer le centre aquatique. “Suite à l’étude réalisée, nous allons verser au compte d’exploitation à la société une compensation financière estimée à 400 000 euros TTC de déficit de fonctionnement chaque année, soit environ 20 euros par habitant. Cette somme prend notamment en compte le coût des entrées des 15 écoles élémentaires du territoire (soit 320 élèves) qui vont venir pour l’apprentissage de la natation ainsi que le transport” ajoute l’élu.

Différentes activités aquatiques, avec trois niveaux d’intensité et une vingtaine de cours hebdomadaires, sont proposées : aqua stretch, aqua fitness, aqua power, aqua slim, aqua jogging, ou encore aqua tonic. Bien évidemment, le site propose aussi des cours de bébé nageur et l’école de natation pour les enfants de 6 à 16 ans.

“Attendu depuis plusieurs années, ce nouveau centre aquatique, qui porte le nom du double champion olympique Alain Bernard, va permettre d’accueillir les habitants du territoire et bien au-delà dans d’excellentes conditions” conclut Pascal Simonnot.

Le centre aquatique chauffé grâce à la géothermie

L’emplacement géographique de la ville de Milly-la-Forêt, a amené les personnes en charge du projet à faire appel aux énergies renouvelables. L’option de la pompe à chaleur géothermique s’est imposée, au regard du budget et du potentiel géothermique de la région. En effet, la CC2V a investi dans deux forages pour pomper et restituer l’eau de nappe de laquelle seront extraites les calories permettant de chauffer l’établissement, en particulier l’eau des bassins.  La solution géothermique couvre jusqu’à 80 % des besoins en chaleur. Le système de déshumidification thermodynamique associé permet de recycler la majorité de l’air de la halle bassins sans être obligé d’introduire et de chauffer en permanence de l’air neuf. Tenant compte de la consommation électrique de la pompe à chaleur et de l’appoint de la chaudière gaz à condensation, cette technologie va permettre d’économiser 1 million d’euros sur 15 ans par rapport à un système 100 % gaz.

Par ailleurs, l’équipement bénéficie d’un traitement de l’eau est réalisé à l’ozone afin de réduire l’utilisation de chlore. De plus, le système d’ultrafiltration des eaux de lavage de filtre mis en place va également permettre de réaliser des économies de consommation d’eau.

 

Je m’abonne au magazine !

 

Chauffer grâce à la géothermie : un investissement nécessaire à Milly-la-Forêt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *